Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/06/2014

FAUT IL BRULER LES DICTIONNAIRES...

Toujours égal à lui-même, Jean-Marie n'a pu résister à l'usage immodéré de la riche palette lexicale française...

Nous savons tous que la plupart des mots ont un double sens, le sens ancien, étymologique, parfois oublié ou désuet, issu des activités de base humaine ; chasser, manger, boire, dormir... Et le sens actuel, courant dérivé, imagé, figuré...

Ainsi à l'origine, une fournée désignait la mise dans un four d'une série de pains, mot qu'utilisent encore dans ce sens, cuisiniers et boulangers... Le sens dérivé sert à désigner un groupe de personnes... Une fournée (un groupe) de personnes licenciées, congédiées, ou promues à une gratification particulière...

Bien loin de moi l'idée de décider si JMLP utilisait le mot dans son sens actuel ou ancien... Voire, avec l'intention de faire un jeu de mots douteux comme il en a le secret...

La traite négrière, la shoah, le génocide arménien, les massacres des khmers rouges, le goulag de Staline, l'extermination des élites polonaises à Katyn, la mise à mort d'un a deux millions de prisonniers russes et de vingt millions de civils russes par famine ou maladie, sont des crimes contre l'humanité, des drames sans nom, abominables parce que planifiés, executés au nom d'une idéologie, visant des groupes humains du fait de leur origine, leur culture, religion ou opinion politique supposées...

Tant de mots se rapportent à ces génocides, les khmers executaient à coup de pioche, les sbires du NKVD tenaient les suppliciés par les oreilles avant de leur placer une balle dans la nuque, les nazis utilisaient le gaz de sinistre mémoire, les esclaves noirs étaient enchaînés et entassés dans des entreponts insalubres parmi leurs excréments durant des mois, les fuyards étaient livrés aux chiens ou suspendus par de gros hameçons... La bêtise et la fureur humaine sont sans limites...

Tiens, je viens de dire fureur... Sans aucune intention maléfique...

Je me demande si le plus simple ne serait pas d'expurger les dictionnaites de tous les mots qui de près ou de loin, nous ramènent aux sordides crimes et abominations humaines... Tout au moins les signaler... Ainsi les mots a manier avec precaution, d'usage restreint ou interdits à à certaines personnes, seraient indiqués par une couleur ou un indice de dangerosité...

Il est certain qu'il existerait alors des dictionnaires de droite et de gauche, religieux ou laïcs, car si tous les crimes sont abominables, certains le sont plus que d'autres, selon les souffrances, le vécu de chacun..

Et puis on pourrait faire un grand feu, ça s'appelle un "autodafé". La Sainte Inquisition, les nazis et le Calife Omar Al Kattab qui fit incendier la bibliothèque d'Alexandrie, joyaux de l'Antiquité, nous l'ont enseigné... La barbarie commence toujours par la censure des livres et des mots...

La principale vertu de la Constitution américaine est l'amendement numéro un, qui garantit la liberté de pensée et de parole. Le droit de dire des connerie est constitutif de la liberté...