Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/06/2012

MES TRES CHERS AMIS DE GAUCHE...

_ Je reçois regulièrement sur ce blog et à mon domicile des gens de gauche, - qui croient d'ailleurs tous que je suis des leurs- tant mon côté soixante-huitard, mes livres, mes tableaux d'art-brut, mon ouverture aux autres rendent inconcevable à leurs esprits formatés que je puisse ne pas être de gauche... Et moi, e suis frappé par la grande similitude, le passéisme, la cécité, la sclérose de leurs propos...

L'APPROCHE :

_ L'homme ou la femme de gauche arrive "bille en tête", bourré de certitudes, et repart de même.

_ Trois cas :   Poli et bien élevé, il refuse le débat en se pinçant le nez... Ironique ou condescendant, il entre volontiers dans la discussion, persuadé qu'il va convaincre... Méprisant, insultant, il lache ses chiens sur la vermine faciste...

_ Certains font un passage éclair, déversant un tombereau d'injures avant de quitter la scène, le verbe haut ou  . D'autres, outrés comme de vieilles filles devant un torse d'homme, fulminent qu'on ne les y reprendra plus...  Certitude, mépris ou bêtise ? Pourquoi discuterait-ils, puisqu'ils ont raison devant l'histoire... C'est ce qu'on leur a dit, c'est ce qu'ils ont cru... L'ignorance et la crédulité sont père et mère de bêtise...

_ Et l'amitié à gauche, ca vous coûte un bras, vous les invitez, une fois, deux fois, vous dites vos opinions, et walou! Ils font l'économie de l'invitation en retour...

_ Dans l'insulte, il existe des classiques :

  • "Ça sent mauvais ici". (Réservé au enseignants qui ont les narines délicates). Je me permettrai donc l'excellent aphorisme d'un ami qui disait :" Quand on dit que ça sent mauvais, c'est des fois qu'on a le nez trop près de la bouche..."
  • "Marcher dans la merde ( A propos d'un tract ou une affiche du FN) ca porte bonheur...". Pas neuf, mais intello façon le respecté Desproges.
  • "Les ordures fascistes..." Vocabulaire néo-stalinien pour socialiste attardé qui se rêve en résistant après l'émission de la veille sur le plateau des Glières...
  • "Paquet de merde" . Pour vigiles et socialistes de bistrot.

_ A gauche, il existe un problème avec les odeurs... Ces gens-là ont le "caca regressif"... Ou devraient se  laver les pieds plus souvent...

LA THEMATIQUE :

_ la grande thématique des gens gauche, leur bréviaire, c'est la seconde guerre mondiale ; le nazisme, Hitler, les camps, Vichy, la collaboration, Pétain...

_ Aucun n'est en mesure de vous dire que la plupart des cadres de Vichy venaient du communisme du socialisme ou du syndicalisme: Déat, Doriot, Laval... Mussolini, lui-même, instituteur et socialiste... L'histoire est bien écrite...

_ Idéologie complexe et bien pratique qui leur permet de faire l'economie d'un programme actualisé et d'opinions personnelles en se focalisant sur les horreurs du passé... Se les appropriant et rejetant l'autre dans les ténèbres de la monstruosité... Vieille rengaine chamanique...

_ Et je vous fais hrace de la francique, imaginez un seul instant que Jean-Marie eut été décoré de la francisque, ou qu'il fut impliqué dans divers scandales sexuels de Lilles à Manhattan...

_ Rapidement toute conversation tourne autour du nazisme... C'est le fameux point Godwing, mis en évidence par un sociologue américain en 56, qui constate qu'en cas de panne idéologique, l'interlocuteur évoque toujours Hitler...

_ D'ailleurs la rumeur apporte régulièrement du grain à moudre : De nouveaux radars ? Un contrôle d'identité qui tourne mal ? Le prix des cigarettes qui augmente ? Une émission à la télé sur deux crétins dans une cave, éméchés qui font le salut nazi pour emmerder leurs parents ? C'est le fascisme rampant !! Sauf que le facisme rampant, ca fait trente ans qu'il rampe...

LA VASSALITE :

_ Quand on y regarde de plus près, la quasi totalité des affidés de gauche appartiennent à la catégorie des fonctionnaires, enseignants, retraités, encartés, assistés sociaux, dont les pensions, revenus dépendent de l'état. Une sorte de clientèlisme à la romaine ou à la corse, qui fait qu'en retour, l'affidé doit reconnaissance à la main qui distribue automatiquement la manne nourricière -en l'occurrence, le fruit des impôts- et nullement le produit d'un travail négocié...

_ Ce qui fait de ces gens de doubles assistés, économiquement et mentalement. Assité par le système des revenus perçus sans lien avec un produit fabriqué, assisté par un lien de vassalité envers le donnateur, l'état.

_ Si je vends des carottes sur un marché, je peux toujours envoyer "promener" qui, le responsable, qui, les clients... Changer de quartier, de métier, de ville, augmenter ou baisser mes prix... C'est un profond sentiment de liberté et d'insécurité salutaire qui conduit à la responsabilité de l'individu... 

_ Fonctionnaire. Je deviens une sorte de serf moderne" assujetti a un suzerain, l'état... Qu'il soit du Moyen-Age ou d'aujourd'hui, le sentiment de servitude et de dépendance est le même... La faim et la misère en moins...

_ Ce disant, je ne porte pas de jugement de valeur, je sais que les fonctionnaires sont nécessaires, utiles et parfois efficaces dans une socièté moderne, je dis simplement que leur comportement politique induit une dépendance, une sujétion qui les porte à penser, à voter à gauche... Qu'ils n'ont aucun intérêt à penser autrement, à s'ouvrir à la discussion, et uen certaine facilité à insulter ceux qui ne pensent pas comme eux...

_ Cette note est probablement complexe et déroutante, et ne devrait pas attirer beaucoup de commentaires, mais il faut parfois sortir des sentiers battus...

_ Elle devrait cependant ravir notre ami Alcuin, qui trouvait que le sujet précédant volait trop bas... Ginette me parlera de "la nécessité de penser autrement, tous à l'unissons vers une fraternité nouvelle"... Mais ce sont tous deux des socialistes acceptables, que je salue amicalement. Des exceptions aux catégories citées ci-dessus...

09:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (26)

14/06/2012

MELENCHON DANS LE RUISSEAU, A QUI LA FAUTE ?

008.JPG

_ Est-il possible de prendre une raclée plus mémorable que celle de Mélénchon ?

_ Le gros garçon se frotte les yeux, qui n'a pas vraiment compris la déculottée administrée par le peuple de Hénin-Beaumont...

_ A qui la faute ? A lui-même ? Bien sûr, il faut une certaine dose d'arrogance et d'ignorance pour aller se fourrer dans le buisson d'épines et en ressortir les fesses en feu...

_ A lui-même, mais pas seulement... Les journalistes, les instituts de sondages, les médias qui le plaçaient devant ou au coude-à-coude avec Marine, ont gravement savonné la planche...

_ Ces gens sont-ils bêtes, incompétents ou menteurs ?

_ On se demande qui paye pour un travail pareil... Rien qu'en jetant les dés on pourrait obtenir un résultat plus proche de la réalité...

_ Ce n'est évidemment pas la première fois qu'on nous fait le coup, et à chaque fois rebelote, Mélenchon devant, quinze jours avant, et patatras, dans les choux à l'arrivée...

_ J'ai toujours prévu et annoncé les déculottées de Mélenchon, quand les médias "à millions d'euros" disaient le contraire... Mais qui croire, un petit blogueur au fin fond du Minervois ou de grands médias surpuissants ?  C'est le monde à l'envers...

_ Que les médias soient des menteurs ou des incapables, ça, je le savais déjà, je me tue à le dire çà longueur de blog... Mais que ça marche encore, qu'ils recommencent again et again leurs rengaines, ca me troue le c... Et que ca va continuer jusqu'à la déconfiture totale des forces mortifères et médiatiques...

_ Petit à petit le peuple relève la tête... Comprend que ses intérêts sont bafoués, menacés, ignorés... Realise la formidable collusion qui existe entre le pouvoir politique, la finance internationale et leur larbin médiatique, le surpuissant lobby télévisuel à sa botte... 

_ Le monde du pouvoir et la finance occulte ou visible ont investit le pouvoir de communiquer et de mentir... Là, est le véritable enjeu d'une révolution qui ne dit pas son nom, une révolution pour libérer les mentalités et les esprits...

_ Une révolution qui doit libérer l'expression, la parole, abandonner toute forme de censure, occulte, interirisée, detournée ou réelle...

_ Là, est le véritable enjeu de ceux qui se disent les amis de la liberté, qu'ils soient de gauche ou de droite. La liberté, n'a pas de parti, elle devrait être de tous les partis...

_ Pour l'heure, Marine est la seule qui demande une liberté totale sur internet, le seul réseau de communication gratuit accessible à tous, sans moyens financiers exceptionnel, donc l'ennemi de tous els pouvoirs...

_ Que ceux qui se disent de gauche et prétendent défendre la liberté exigent cette liberté totale de parole et d'expression ! On les attend...

****

_ L'autre problème de Mélenchon, et d'une certaine gauche, c'est que son message est totalement vide, creux, d'une vacuité affligeante, un message qui ne parle pas au peuple, complètement déconnecté de la réalité des électeurs... Et ça personne ne lui a dit...

_ Qu'il ne se soit pas aperçu lui-même de l'inutilité de son discours, malade de son égo, on peut le concevoir, mais que personne, parmi les politologues, dont quelques uns au moins sont ou devraient être informés des réalites, ne le lui ait dit et l'ait laissé aller dans le mur, c'est étonnant... Pourquoi ?

_ Tout laisse à penser que Melenchon a été utilisé par la finance et le pouvoir qu'il prétendait combattre pour accréditer un semblant de variété, tenter le lui faire incarner le mécontentement populaire, pomper des voix au Rassemblement Bleu Marine...

_ Le vote Mélenchon apparaît au grand jour ce qu'il est, un vote de diversion, un vote gadget, pour amuser la galerie, un peu comme ces clowns qui régalent les enfants avant le grand numéro des lions, des tigres et des éléphants...

_ Pauvre Melenchon, jouet de ce qu'il croyait combattre, la finance internationale... Et bien, il s'est trompé de cours de récréation, qu'il retourne avec les petits dans le bac à sable, pleurer sa maman...

_ Bye, bye Mélenchon ! Tu nous auras bien fait rire...

21:41 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (57)

11/06/2012

MELENCHON: "ALLO MAMAN BOBO !"...

VOILA CE QUE J'AI ECRIT AVANT LE 1er TOUR...

_ Les journalistes sont infatigables, ils nous refont le coup de Mélechon qui devrait passer devant Marine, alors qu'il va "s'esclaffer*" lamentablement de l'escabeau sur lequel il tente de vendre sa soupe même pas populaire...

_ Marine va faire un score exceptionnel à Hénnin-Beaumont. Mélenchon un score confidentiel. Et les moustaches du candidat officiel du PS vont friser sous&fnbsp;le souffle du boulet...

_ Après avoir vainement, tenté de jouer la victimes de calomnies dérisoires : La reproduction en français et en arabe, quand bien même en anglais, de ses propres déclarations peuvent elles êtres considérées des calomnies ?- Ou de faux tracts pompés sur internet et attribués gratuitement à Marine, sans l'ombre du début d'une preuve... On se demande bien à qui profite un montage aussi improbable que grossier...

_ Enfin, l'essentiel étant de charger la barque, de faire monter la mayonnaise, de créer un climat deletère, de touiller la marmite à sorcière en espérant qu'il en sorte quelques fumets troubles... La chasse aux sorcières à encore de beaux jours, avec des nonces aposto-communistes de cet acabit...

_ Tout ce laborieux édifice s'écroule comme un château de carte branlant... Un pétard mouillé... Une tarte à la crème... Et le petit, qui pleure de ses gros yeux humides, la main sur le coeur, devant les caméras qui accourent ventre à terre...

_ Mélenchon, me fait penser à ces gosses insupportables, comme l'infernal petit Abdallah, fils de l'Emir dans Tintin aux pays de l'Or Noir, qui pourissent la vie des autres et qui, quand on le prend à leurs propres farces, viennent se plaindre à leurs parents...

_ Quand on veut faire de la politique faut pas être pleurnichard... Faut avoir les reins solides... Ne pas venir tous les cinq minutes dans les jupes de maman-média...

_ Et puis surtout, il faut avoir quelque chose à dire, un message à porter, un projet qui parle aux citoyens, qui donne du baume au coeur, l'envie de se battre, de porter haut et fort les couleurs... _ "Saint-Denis-Mont-joie" criaient les chevaliers du Moyen-Âge... Pas "Maman bobo!"

 * s'esclaffer (occitan) : éclater en s'écrasant.

 

11:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (16)

24/04/2011

"EVA" COMME JE TE POUSSE

_ Et que revoilà les écolos, nous fait le Fred …

 

_ Ben ya du choix, Eva, Cécile, Nicolas, Dany...

 

_ Eva, avec son look de vieille institutrice à lunettes, mâtiné de walkyrie norvégienne, le cuir tanné aux embruns du Nord et son application de Juge d'Instruction.... Autant de raisons pour craindre qu’elle soit, sans doute honnête, mais sûrement très chiante…

 

_ Cécile, j’aurais jamais su qu’elle était écolo, si elle avait pas vécu dans une cabane, fait Géo.  

 

_ Son seul discours, c’est l’obsession du Front... On existe comme on peut, le lierre vit bien aux dépens de l’arbre, remarque Sonia.

 

_ Pour Nicolas, finies les explorations en montgolfières avec masque et tuba. Il a bien du mal à quitter les confortables pantoufles de ses riches sponsors pour tenter la périlleuse aventure presidentielle…  

 

_ Comme quoi billet vert et bulletin vert  peuvent faire bon ménage, note Géo. 

 

_ Dany a décliné l'offre depuis belle lurette, trop intelligent pour comprendre que l'affaire était pas dans le sac... Un peu comme un producteur de tomates "bio" qui se garderait bien d'en manger...

 

_ Serait pas radin ou distrait, notre Dany? Parait qi'il a oublié de payer ses cotisations aux Verts...

20:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

14/03/2011

LES GARS DE LA MARINE

Mon ami Fred, ce matin, au café du coin,

_ Ca y est qu'il me dit Fred, j'ai viré ma "cuti", je vais voter Marine...

_ Impossible, que j'y fais, pas toi ! A vingt ans, t'étais presque dans la bande à Baader et aux dernières élections, tu votais Besancenot... Pas vrai ?

_ Ben, j'ai toujours voté révolutionnaire, qu'il me répond, le Fred... Et la révolution, c'est pas les petits bourgeois qui se la coulent douce ou les bobos qui se la jouent fric... La révolution, c'est la révolution, moi je suis du parti dse ouvriers, des petits, des tâcherons, des durs à la peine, des exclus, des traînes savates...

15:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7)